Sécheresse 2023 : comprendre le fonctionnement des nappes phréatiques

Ecrit par : 
Sécheresse 2023 : comprendre le fonctionnement des nappes phréatiques

Alors que certains départements sont en alerte sécheresse maximale, il est beaucoup question des nappes phréatiques. Ces sources d’eau souterraines, jouent un rôle essentiel dans l’approvisionnement en eau potable pour la population française. Il est donc crucial de comprendre comment elles fonctionnent et quelles sont leurs niveaux, ainsi que les raisons pour lesquelles elles se vident et les conséquences de ce phénomène sur notre pays. Plongez au cœur de cette ressource précieuse pour mieux appréhender son importance et les défis qui y sont liés.

Le fonctionnement des nappes phréatiques

Une nappe phréatique désigne une accumulation d’eau souterraine présente dans les porosités du sol ou des formations géologiques. Les nappes phréatiques sont alimentées par l’infiltration des eaux de surface telles que les précipitations, les cours d’eau ou la fonte des neiges.

L’eau souterraine s’écoule lentement à travers les pores et les fractures des roches jusqu’à ce qu’elle atteigne un niveau où elle est retenue par une couche imperméable, appelée aquitard ou aquiclude.

Quels sont les différents types de nappes phréatiques ?

On distingue généralement deux types de nappes phréatiques :

  • Les nappes libres : elles se situent entre une zone non saturée en eau et une zone saturée en eau, avec un niveau qui varie en fonction des précipitations et de la pression atmosphérique.
  • Les nappes captives : elles sont enfermées entre deux couches imperméables appelées parois, ce qui les rend moins sensibles aux variations climatiques. Les nappes captives sont souvent plus profondes et contiennent généralement une eau de meilleure qualité que les nappes libres.

Connaitre le niveau des nappes phréatiques

Pour mesurer le niveau d’une nappe phréatique, on utilise généralement un piézomètre. C’est un instrument de mesure constitué d’un tube vertical plongé dans la nappe et muni d’un capteur de pression à son extrémité inférieure.

La hauteur d’eau dans le piézomètre permet de déterminer la pression exercée par l’eau souterraine à cet endroit.

Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) est chargé de surveiller le niveau des nappes phréatiques en France.

Il publie régulièrement des cartes et des données sur l’état des réserves d’eau souterraines du pays.

Pourquoi les nappes phréatiques se vident-elles ?

Plusieurs facteurs peuvent expliquer la diminution du niveau d’eau dans les nappes phréatiques :

  1. Le prélèvement d’eau : l’exploitation des nappes phréatiques pour l’approvisionnement en eau potable, l’irrigation agricole ou encore l’industrie peut entraîner une diminution de leur niveau.
  2. Les variations climatiques : les précipitations et la fonte des neiges sont essentielles pour recharger les nappes phréatiques. Les changements climatiques peuvent donc avoir un impact sur leur niveau en modifiant les régimes de pluies et de températures.
  3. L’imperméabilisation des sols : l’urbanisation et le développement des infrastructures réduisent la surface disponible pour l’infiltration de l’eau de pluie dans le sol, ce qui limite la recharge des nappes phréatiques.

Les conséquences d’un épuisement des nappes phréatiques en France

La baisse du niveau des nappes phréatiques peut avoir des impacts importants sur l’environnement et la société. Quatre types de conséquences sont particulièrement visibles :

  • la pénurie d’eau potable : si les réserves d’eau souterraines continuent de diminuer, il deviendra de plus en plus difficile de répondre aux besoins en eau de la population française.
  • la détérioration de la qualité de l’eau : lorsque les nappes phréatiques se vident, elles peuvent être contaminées par des polluants présents dans les sols, tels que les pesticides, les hydrocarbures ou les métaux lourds.
  • un affaissement des sols et déstabilisation des infrastructures : la diminution du niveau d’eau dans les nappes phréatiques peut provoquer un affaissement des terrains situés au-dessus. Ce qui peut endommager les bâtiments, les routes et autres structures.
  • une dégradation des écosystèmes aquatiques : l’épuisement des nappes phréatiques entraîne une diminution du débit des cours d’eau et des zones humides, ce qui peut nuire à la biodiversité et à la qualité des milieux aquatiques.

Face à ces enjeux, il est essentiel de développer une gestion durable des ressources en eau souterraine. Notamment en limitant les prélèvements, en protégeant les zones de recharge des nappes et en favorisant la réutilisation des eaux usées traitées pour certaines applications non potables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *