les Ollas ou Oyas pour arroser votre jardin

Arrosage du jardin : pensez aux Ollas !

Les Ollas ou Oyas, vous connaissez ? C’est un système d’irrigation traditionnel qui abreuve les plantes en continu grâce à des récipients en terre cuite.

Avec les ollas, vous mettez fin à l’arrosage quotidien : à l’aide de pots ou vases en terre cuite, vos plantes de jardin reçoivent de l’eau de manière régulière pendant plusieurs jours. Le principe des Ollas ? Les récipients en terre cuite sont enfouis dans le sol, puis remplis d’eau. L’eau va ainsi se distiller progressivement autour de l’oya, arrosant ainsi en continu les plantations  autour. L’arrosage des plantes avec des ollas est une méthode connue depuis des millénaires. Elle permet de faciliter le travail  du jardinier et économiser l’eau dans le jardin.

Je vous propose aujourd’hui de vous parler de nombreux avantages des Oyas, et même de vous expliquer comment en réaliser vous même facilement.

C’est quoi des ollas et comment fonctionnent-elles ?

Les ollas (il faut prononcer « ojas ») sont des récipients en terre cuite de forme ventrue (comme un vase) utilisés pour l’arrosage du jardin. 

Mais comment fonctionnent les ollas ? Ces récipients en argile ou en terre cuite, souvent en forme d’amphore, sont enterrés jusqu’au col et peuvent ensuite être remplis d’eau. En raison de la porosité de l’argile, l’eau est libérée lentement et continuellement dans la terre. Le fonctionnement des ollas est lié à la tension de l’eau du sol, également appelée tension d’aspiration. Celle-ci est plus importante lorsque le terrain est sec, car il devient alors plus « absorbant ». Ce n’est que lorsque la tension d’aspiration dans le substrat est supérieure à celle du récipient en argile que l’eau quitte l’olla. Inversement, cela signifie que le sol n’est humidifié qu’en cas de sécheresse, et tant que le récipient est rempli. Simple mais ingénieux, non ?

A savoir : les cônes d’irrigation en argile, que l’on utilise pour l’arrosage des plantes d’intérieur, fonctionnent selon le même principe que les ollas. Mais contrairement aux ollas, le réservoir d’eau ne se trouve pas sous terre dans le récipient en argile lui-même. Dans ce système il faut une réserve d’eau extérieure : souvent c’est une bouteille d’eau renversée dans le cône.

Quels avantages d’arroser avec des ollas ?

avantages des Ollas ou Oyas

Les avantages d’utiliser ce système d’arrosage sont nombreux :

  • Réduction de la charge de travail : avec les ollas, fini l’arrosage quotidien. En effet, grâce à la diffusion lente de l’eau à travers les parois en argile, les racines des plantes sont alimentées en eau pendant une période plus longue. Les ollas sont donc également une excellente solution pour laisser ses plantations seules pendant de courtes vacances.
  • Réduction des pertes d’eau : comme il s’agit de ce que l’on appelle une irrigation souterraine, c’est-à-dire un arrosage sous terre, l’évaporation est réduite. Cela signifie que moins d’eau s’évapore à la surface du sol. Par rapport à l’arrosage, on économise ainsi jusqu’à 70 % d’eau. Le liquide est donc utilisé de manière beaucoup plus efficace.
  • Moins de maladies et de parasites : les maladies fongiques qui aiment l’humidité, comme le mildiou ou la pourriture brune, sont éliminées par l’arrosage avec des ollas, car les feuilles des plantes ne sont pas mouillées lors de l’arrosage. Les limaces ont également plus de mal à ramper sur les surfaces sèches du sol.
  • Le développement des racines est plus profond : Contrairement à l’arrosage conventionnel, l’arrosage avec Ollas ne mouille pas seulement la couche supérieure du sol, mais imprègne la terre en profondeur. Vos plantes de jardin sont ainsi incitées à former des racines plus profondes.
  • Système économique : l’arrosage avec des ollas est une alternative peu coûteuse, par exemple comparée à un système de tuyaux d’arrosage goutte à goutte. C’est surtout le cas si vous construisez vous-même les ollas. Cela vous coutera presque rien (je vous en parle plus loin dans cet article)

Les nombreux avantages de l’irrigation par Oyas sont connus depuis des millénaires. Le plus ancien guide agricole de Chine, le « Book of Fan Shengzhi », décrivait déjà ce type d’irrigation. Les anciennes cultures d’Amérique du Sud connaissaient également l’irrigation par l’argile : Le mot olla vient de l’espagnol.

A savoir : les ollas sont particulièrement adaptées à l’arrosage des plates-bandes et terrains en pente. En effet, l’eau d’arrosage s’y écoule rapidement et ne peut donc pas pénétrer profondément dans la terre. Placer des Oyas sur une pente, c’est l’assurance de voir ses plantes s’épanouir rapidement !

Utiliser correctement les Ollas (ou Oyas)

La première étape consiste à creuser un trou dans la terre, à l’endroit où l’olla doit être placée. Il est préférable de le faire au début d’année, lorsque les plantes du jardin sont encore petites et que l’on détruit moins de racines en creusant. Placez l’olla dans le trou et remplissez-le de terre « jusqu’au cou ».

Remplissez ensuite l’olla d’eau et placez un couvercle sur l’ouverture pour éviter que la saleté et les petits animaux ne tombent dedans.

À quelle fréquence faut-il remplir l’olla ?

combien bien utiliser des Ollas ou Oyas

En gros, pour remplir l’Oya, il faut ajouter de l’eau une à deux fois par semaine. La fréquence dépend fortement de la terre du jardin, de la quantité de précipitations, du besoin en eau des plantes et de la porosité du terrain. Un substrat sablonneux, par exemple, peut moins bien retenir l’eau qu’un sol argileux ou limoneux, mais il peut aussi, en raison de sa faible proportion de pores fins, créer moins de succion.

En revanche, un substrat argileux vide l’olla plus efficacement grâce à sa grande capacité d’absorption. Les plantes assoiffées, le vent, un fort ensoleillement et les terres sèches accélèrent également la vidange de l’olla. Il convient donc d’observer votre système les premières semaines, pour en déduire naturellement un rythme de remplissage adapté.

Quelle surface peut-on arroser avec une Olla ? 

Il n’y a pas non plus de réponse toute faite à cette question, car cela dépend fortement de la taille de l’olla et du type de sol. En règle générale, les plantes situées dans un rayon de 50 à 100 cm bénéficient de l’arrosage avec une olla. Dans les terres sablonneuses, l’eau s’infiltre plus rapidement qu’elle ne peut se répandre latéralement. Le rayon dans lequel les plantes profitent de l’olla est donc plus petit. C’est pourquoi, dans les sols sableux, il faut maintenir une distance plus étroite entre les ollas. Dans les substrats limoneux et plus riches en argile, la surface qui en profite est plus grande. Il est conseillé de placer les plantes en cercle autour de l’olla. Les plantes rampantes, comme par exemple la courge, sont particulièrement adaptées, car elles pousseront d’elles-mêmes autour de l’olla.

A savoir : Les ollas conviennent parfaitement à l’arrosage des plates-bandes surélevées. En général, une seule olla suffit. Le volume de terre étant plus faible dans les plates-bandes surélevées, le sol s’assèche particulièrement vite. Un arrosage avec des ollas peut y remédier.

Le paillage est le complément idéal de l’arrosage par ollas. En effet, grâce au paillage, l’eau s’évapore encore moins du sol et vous devez arroser encore moins souvent. Utilisez par exemple des tontes de gazon, des feuilles mortes ou une variante résistante comme l’écorce de pin. Grâce à des contrôles réguliers, elle contient moins de substances nocives que le paillis d’écorce souvent utilisé et, grâce à sa structure grossière, elle reste particulièrement longtemps sur le parterre pour protéger le terrain.

Construire soi-même des ollas 

Au lieu d’acheter des Oyas dans le commerce ou en jardinerie, vous pouvez tout simplement fabriquer vous-même les fabriquer facilement.

Vous avez besoin de :

  • Deux pots en terre cuite/terre cuite (impérativement non émaillés)
  • Un dessous de pot de fleurs
  • De la colle chaude (la colle à carrelage convient également)
  • Un bouchon de liège

Vous pouvez construire vous-même des ollas en 3 étapes simples :

  • Collez les deux pots en terre cuite l’un contre l’autre, du côté de la grande ouverture (le dessus du pot en somme). La jointure doit être parfaitement hermétique, l’eau ne doit pas s’infiltrer par ce collage.
  • Enfoncez ensuite le bouchon de liège sur l’un des trous d’évacuation. Si besoin, taillez le au couteau, c’est assez facile. Comme alternative, vous pouvez par exemple utiliser un peu de mortier, de silicone ou une pierre plate que vous pouvez colmater avec un peu de colle.
  • Vous pouvez maintenant remplir l’olla faite maison d’eau (éventuellement à l’aide d’un entonnoir) par le trou d’évacuation non fermé de l’autre pot. Le dessous de pot sert lui  de couvercle.

Et voilà, l’olla est prête ! Même un simple pot en terre cuite avec un trou d’évacuation fermé peut suffire pour une olla. Il est plus facile à remplir, mais son volume est plus petit.

J’utilise moi même des Oyas dans mon petit potager et je dois dire que c’est tout simplement génial ! Au printemps, lorsque j’ai commencé à préparer le jardin, après avoir bien travaillé la terre et ajouter du compost, j’ai placé mes Ollas selon un plan précis. Ensuite, j’ai installé mes plantations autour. Et j’ai arrosé de cette façon pendant tout l’été. Laissez moi vous dire que la récolte de tomates, de fraises et autres fruits et légumes a été fabuleuse ! Si cela vous tente, je vous invite donc à faire entrer cette méthode dans votre jardin. Vous verrez, vous ne pourrez ensuite plus faire autrement pour l’arrosage de vos plants : )

D'autres articles consacrés au jardin